VIDÉO GAY le TOPVersion MOBILE


SketboysArabes et Blacks TTBMMinetsPA GAYSportifsGaySMCrunchBoyFrench TwinksActeurs pornoTop Vidéos GayDomiAddictWebcams


ACCRO A TON BANGALA

Mikael est un accro aux gros morceau. alors une séance de baise avec la teub de Souan offerte et ses envies ça le rend fou de désir. Il biberonne le bangala de 23 cm en fond de gorge jusqu'à s'en étouffer, mollarde sur le morceau comme un iench sur un os et se fait retourner pour un pur pilonnage à la mode kebla. Mate le onduler du boule comme un appel à son donneur de coups de reins et tu comprendras que Mikael est accro au gros bangala !

Grosse bite tbm, Multi-ethnique, Made in France, Bogoss, Black et blanc, Mecs sportifs, Universblack DVD: Souann et ses potes

Commentaires

Ajouter un commentaire
  • Trop mortel sa mere le 2017-Feb-05 08:50:10 Trop mortel sa mere a dit

    Mais Djamel n'est pas chez lui. Alors je fonce tout droit chez un autre de mes pote Hamid - un pote d'école avec qui je traîne souvent dans le quartier, je sonne à l'interphone et il me répond. J'arrive chez lui et comme d'hab. Il est sur le Net sur un forum de rencontre… je prépare le joint et nous voilà tous les deux partis sur le Net à la recherche d'un bogosse bien auch et surtout lopsa pour que nous puissions soulager notre envie de nous vider les couilles.

    15 minutes plus tard nous tombons sur un gars qui cherche plusieurs mec de préférence beurs et très bien monte pour se faire troncher le trou dballe. On le branche pour qu'il vienne chez nous. Enfin chez nous, plutôt dans les caves de notre cité. Il est apparemment tres oche du fion et motivé pour passer un bon moment avec nous. Il nous remet son tel et demande qu'on l'appelle tout de suite.


    A ce moment-là rentre dans la pièce Karim notre pote des soirées bien enfumées… On se tape la main en lui racontant notre trouvaille sur Internet. Il a l'air bien emballé par notre plan et se propose d'appeler d'autres potes en renfort lui son kiffe c' est les plans a plusieurs genre tournante. Chiche, la lopsa quant elle va venir ne va pas regretter son déplacement. On se marre en pensant à tout ça et l'on prépare notre plan …
    On lui téléphone et sa voix nous indique sa forte motivation de se faire serrer le cul. Il cherche un plan abattage et nous on va lui donner ce qu'il veut. Il connaît notre cité et nous dis qu'il sera là dans moins d'une heure. Rendez-vous pris devant le bâtiment F. Il nous dit qu'on le reconnaîtra et qu'il aura une Clio de couleur rouge immatriculée dans le 93.
    En attendant notre petite lospsa on boit un sky , fume un pétard et l'on se tape un jeu de baston sur la Dreamcast pendant que Karim appelle quelques potes dont Salim surnommé dans la citée le démonte pneu.
    La Clio arrive et va se garer sur le parking. On voit un gars descendre, pas trop moche mais pas non plus une bombe. De toutes façons, on lui demande pas d'être un gossebo, juste une bonne lopsa. Il nous dit salut et tout de suite on l'invite à nous suivre dans la cage d'escalier.
    Les couloirs sont immenses paraissent sans fin, mais on a vite fait de le pousser dans une de nos caves aménagée. Pour l'instant on est deux car Karim est allé chercher ses potes de l'autre coté de la cité. Je commence par lui demander de se mettre à genoux et de nous lécher le survet. Il le fait et nous sentons, mon pote et moi qu'il a un peu peur de la situation qu'il vit. Ses mains tremblent en saisissant nos cuisses, mais je suis sûr qu il vas vite finir par se sentir à l 'aise une fois qu'on lui aura donné de quoi sucer.
    Il voulait de l'abattage, il va être servi c'est une tournante qu'on lui prépare. Pendant qu'il chauffe sa langue sur nos paquets, je demande à Ahmid d'aller voir dans le couloir si les autres arrivent. Notre lopsa commence à se rincer la gueule à coup de Popper pour mieux se dilater le fion. Je le laisse faire, préférant le savoir demandeur que violé. On n'est pas des bêtes, quand même!
    Et voilà les autres qui arrivent. Ils sont quatre, plus nous deux, cela fait six. Notre lopsa commence à mouiller puis soudain il se lève et Hamid lui dit "Reste à genoux et pour l'instant contente-toi d'ouvrir la bouche et de pépon mes potes, ok sale pute"
    Ils sont là les pires de la bande, ceux qui ne voient dans les mecs qu'un trou à combler, qu'un trou pour gicler. Et notamment Salim. D'ailleurs il commence tout de suite par se faire remarquer en baissant son survet et laissant apparaître une très grosse queue raide et bien circoncise.

    D'un coup sans prévenir personne il commence à pisser un bon jet en visant notre lopsa et en la mouillant presque entièrement. Il se laisse faire et semble bien apprécier le jet chaud de notre pote. Ca donne des idées aux autres qui eux aussi commencent à cracher leur urine sur la face du keum. Il se retrouve trempé et gémi de plus en plus fort. On s'essuie la queue sur sa gueule et Salim commence à lui lever le croupion pour le chevaucher sans lui demander son reste.
    D'un seul coup, il s'enfonce dans ses entrailles en lui soulevant les jambes. De rapides va et viens ponctués par des râles me pousse à lui donner ma teub à manger. Kader à côté de moi me tente ses lèvres pour que je lui roule une pelle pendant que notre lopsa s'occupe de nos sexes.
    Putain elle suce trop bien ! Un vrai régal. Trop mortel sa mère.
    La tournante se met en place et Salim se retire de son trou pour se finir dans sa face pendant qu'a tour de rôle nous l'enculons sans retenue. On le retourne sans arrêt pour son plus grand plaisir et le notre bien sûr ! Il crache sans même se branler, mais nous on s'en fout, on continue à le baiser dans tous les sens.
    Il sniffe sans arrêt sa bouteille de Popper et ses lèvres deviennent violettes mais sont toujours aussi endurantes. Plus il crie, plus nous nous excitons sur son trou et sa bouche, étouffant ses gémissements par des allers-retours successifs.
    Salim nous demande de nous pousser pour lui offrir sa chatte-à-beur. Notre chienne s'exécute avec délectation et se met à lui brouter le fion presque imberbe. Je ne rate pas une miette de ce spectacle et écarte même les fesses de mon pote pour qu'il sente bien la langue lui pénétrer les seuffes. Salim kiffe et je le soupçonne de s'être déjà fait tirer par des gars de notre cité...
    J'ai la teub qui est prête à exploser mais je me retiens car ce n'est pas tous les jours que l'on trouve une lopsa pareille. Y'a pas à dire, les meufs sont moins chaudes et suce moins bien! Pour le love c'est plus simple (quoi que..) Mais pour la baise, vaut mieux se tirer un gars, c'est plus simple et pratique. Pas de honte, pas de gêne, moi je vous dis ce que je pense et je ne suis pas le seul à croire cette intime vérité. Les meufs sont souvent trop compliquées et elles ne sucent pas toujours.
    Je me rends compte que l'heure tourne. Déjà 2 heures qu'on s'occupe de cette salope et comme j'ai rencard avec ma meuf, je lâche l'affaire en lui crachant ma sève sur le fion. Je les laisse ensemble et me rhabille pour me barrer au plus vite sous peine de me faire prendre la tête par ma meuf. Promis un jour ou l'autre je branche Salim en face à face. Il m'a fait triper ce connard.
    J'allume mon bédo et remonte au rez de chaussé. Oh putain, je croise ma tante qui rentre du supermarché, retour à la réalité, triste réalité. Je l'aide apporter ces courses et rejoins ma meuf juste après.
  • BadBoy le 2017-Feb-12 09:40:55 BadBoy a dit

    Mon premier plan bi
    Skarlaone, votre serviteur, va avoir 29 ans le 6 février ! Eh oui, je suis né en 1984... Le temps passe. Mais j'me suis rendu compte d'un truc de ouf : j'vous ai jamais raconté comment j'ai commencé à ken des mecs ! Alors voilà, j'me lance dans les souvenirs...

    Un été, mes darons sont invités chez leurs amis, à Rambouillet. Je venais tout juste d'avoir 18 ans et la conduite accompagnée m'avait permis de conduire depuis quelques mois. C'est pas que c'est loin, Rambouillet, mais j'en avais quand même gros sur la patate de m'éloigner de mes potes et de ma copine. Surtout que quand tu t'éloignes de la téci, tu perds le pouvoir, tu rates les bons délires et t'es vite largué au retour. Et puis, 2 semaines avec la famille, j'allais serré obligé ! Pour passer le temps, ma main droite allait devoir se montrer endurante, parole de Skarla !

    À l'arrivée, un peu avant midi, on est accueilli par Christine et Martin. Pour eux, recevoir une famille de rebeus, c'était comme faire une action de charité. Un peu comme leur Kosovo ou leur Vietnam. Mais c'était plutôt un couple sympa, très catho... Ils étaient cousins germains et époux. Après tout, chacun fait comme ça lui plaît...
    Ils me montrent ma chambre où trône un lit pas fait et une belle commode en vrai bois, genre Louis XV. Christine voit mon angoisse :
    "Je viendrai faire ton lit après, j'ai déjà sorti les draps."
    Ouf ! Puis ils partent s'occuper de mes parents. Tranquille, je m'installe, sors mes TN flambants neuves - cadeau d'anniversaire - et mon iPod. En scred, je planque trois magasines de cul sous mon matelas. Je me cale sur le lit, écouteurs sur les oreilles, et je me lance une bonne playlist. Je commence déjà à crever d'ennui. Je fini par m'endormir quand mon père vient m'appeler :
    "Skarla, tu viens manger ?
    - Euh, ouais 'pa.
    - Après, Martin nous mène voir la ville.
    - T'es sérieux ? J'me sens carrément pas !
    - T'as qu'à rester ici fils."
    Je regarde mon père avec gratitude. Puis le repas se passe et mes darons se barrent avec le mari.

    Je m'enferme dans ma chambre, me touche le paquet déjà en feu mais, même pas un quart d'heure après, je vois débarquer Christine. C'est une femme de 50 ans plutôt bien conservé.
    "Je vais faire ton lit, annonce-t-elle."
    Wesh, je me dis, vas-y, montre-moi ton boule à travers ta petite robe coincée... En la voyant déambuler dans ma piaule, je commence à me dire qu'elle serait parfaite en cougar... Ma trique se réveille encore. Truc de malade. Mais, d'un coup, en bordant le drap, elle s'arrête et sort mes magasine de boules... Elle fait la mine pincée et moralisatrice.
    "Alors Skarlaone, c'est à toi ?"
    Et là, j'me dis que je dois être cash, sinon j'suis grillé d'entrée et elle en parlera à ma reum.
    "Bah ouais quoi ? Faut bien s'occuper... Même ton Martin il doit en avoir.
    - Je ne sais pas, dit-elle. J'espère le combler.
    - Attends, vous baiser combien de fois par jour ?
    - Ce n'est pas une question appropriée Skarlaone. Mais puisque tu l'as posé, nous faisons l'acte tous les mois.
    - Ouais, ça va, j'm'en doute. Mais combien de fois tous les mois ?
    - Une seule fois, répondit-elle, gênée."

    Elle me chauffe un max avec ses yeux de vierge effarouchée. Je commence à me palper la teub à travers le survet. Elle baisse les yeux et devine ma trique. Je vois son regard.
    "Elle te fait envie ma pine de rebeu ?"
    Elle est figée. Je me rapproche d'elle. Elle ne quitte pas mon paquet du regard.
    "C'est que ça t'fait d'l'effet ma jolie ? Tu la veux ?"
    Pas de réponse. Et avec Skarlaone, qui ne dit mot consent. Je passe ma main derrière sa nuque et approche son visage de ma bouche. Je lui roule un patin d'enfer et elle se laisse faire. Je la sens même s'abandonner. Ni une, ni deux, j'appuis pour la foutre à genoux.
    "Allez ma mignonne, fais-toi plaiz, ouvre grand ta bouche et suce !"
    Elle hésite une seconde. Ma teub doit sentir la pisse et la transpi puisque la dernière douche date de la veille au soir. Mais Christine fini par obéir et commence une pipe terrible. Elle sait y faire ! Meilleure que les six meufs qui m'ont pompé jusqu'alors. Et pourtant, ma copine est experte.

    Tout d'un coup, alors que je commençais à passer en mode "pilote automatique", voilà Martin qui déboule. Il avait déposé mes parents et revenait chercher sa sacoche. Nous voyant comme ça, il reste scotché. Sa meuf s'arrête de pépon mais garde mon zob dans sa bouche. Ne sachant pas trop comment réagir, j'me dis que le mec aimera peut-être se faire pomper par sa femme en même temps que oim.
    "Viens toi aussi !"
    Et là, j'le vois avancer. Mais au lieu de baisser son fute, il se fout à genoux et commence à me lécher les boules ! J'hallucine total ! Christine aussi, puisqu'elle lâche ma queue et regarde son mari. Sur le coup, je grimace genre "eh mec, j'suis pas ped, lâche mon zob" mais je ne dis rien. Puis waouh ! En deux minutes, le mec réussit à faire durcir ma pine encore plus ! Truc de ouf : il pompe mieux que toutes les meufs qui étaient passées par là avant lui.
    Trop excité, je lui attrape la tête et je lui lime les lèvres comme un forcené. Christine est devenue spectatrice. Je lui fais signe de venir gober mes boules. Et là, je suis le roi du monde pendant 10 bonnes minutes. Mais j'suis un cador, je veux baiser une chatte. J'arrête Martin et je commence à foutre sa femme sur le lit. Les deux semblent dans un monde parallèle. Ils ont total déconnecté de la réalité. Mais avec lui, ça s'arrêtera là... du moins le pensais-je.

    Je prend Christine sur le dos et je la monte sans pitié. Martin regarde en se touchant puis... je le vois qui se mets à quatre pattes et me tend son cul ! Je regarde à peine au début. Puis il se met un doigt. C'est serré, il a du mal. Pour l'aider, je lui crache un beau mollard. Il enchaine alors un doigt, puis deux, puis trois. Ça fini par m'exciter. Qu'est-ce que je risque. Je sors alors de la chatte, change de capote et entre dans l'anus de Martin. Je n'y vais pas de main morte. Bien que ça soit mon troisième cul, j'aime toujours faire crier celle - ou celui - qui la reçoit. D'ailleurs, le mari hurle de douleur mais j'm'en tape : si j'me fais un keum, autant que ça soit inoubliable pour oim.
    Je le lime pendant 5 bonnes minutes puis je ralentis le rythme : c'est trop bon, je veux faire durer. C'est à ce moment que c'te salope de Martin commence à avancer et reculer sur mon pieu ! Je découvre un autre monde : le mec n'a plus à combler son vide-couilles puisque c'est le vide-couilles qui réclame le barreau... Truc de ouf ! Vraiment, le délire total.
    "Wesh Martin, fais-bien ta pute sur mon zob de rebeu, fais-moi jouir mec !"
    Je sens le jus qui monte. Je décule, fais signe à Christine et Martin de se foutre à genoux devant oim et je leur étale mon jus dans leurs cheveux. Ça leur donnera l'occasion de se coiffer en mode punk. Au point où Skarlaone les a décoincé...

    Le reste du séjour ne fut pas si ennuyeux finalement : la nuit, c'était un défilé dans ma piaule. Martin venait puis Christine débarquait quelques heures après. J'me vidais les burnes deux fois par nuit, voire plus. Mais, y'a pas photo : la bouche et le boule de Martin étaient nettement plus kiffants !
    Je repartais de Rambouillet bi et fier de l'être...
  • Menage sexy (Île-de-France, Meaux) le 2017-Feb-18 11:47:32 Menage sexy (Île-de-France, Meaux) a dit

    Bonjour, je recherche des hommes vivant seule qui serait interessé que je fasse le menage tout nu chez eux. je suis actif, . interressé me contacter par mail pour en savoir plus. ;)

Informations