VIDÉO GAY le TOPVersion MOBILE


SketboysArabes et Blacks TTBMMinetsPA GAYSportifsGaySMCrunchBoyFrench TwinksDomiAddictActeurs pornoTop Vidéos Gay


Je vais coacher ton cul

Premier jour à la salle de sport pour ce jeune mec, cheveux bruns mi-longs. Il est bien fait, mince, et a décidé de se muscler pour emballer encore et toujours plus de mecs. Il n'avait jamais été dans ce genre d'endroit avant et il est surpris par l'accueil chaleureux du coach et gérant. Le mec le retrouve dans les vestiaires déserts et décide de le prendre en main direct ! Avant de sueur sur les machines, c'est le moment de se soumettre au coach et de devenir l'une de ses nombreuses salopes. Gros pompage de teub docile, enculade en mode mitraillette : le cul est déjà bien parti pour être musclé !

TAG: French twinks, Exhibs et voyeurs, Mecs sportifs, Vestiaires

Commentaires

Ajouter un commentaire
  • Salope du bled le 2017-Feb-05 11:01:21 Salope du bled a dit

    Je dis à Farid que je le rejoindrais car j’avais une envie pressante de pisser, Farid continua sa route pendant je me trouvait un arbre pour sépi, enlevant ma teub de mon survet, ma queue bandait toujours, j’en avait du mal à pisser. J’entendis une voix me saluant en arabe, je me retournais et aperçu un des ouvriers, il paraissait jeune, il devait pas dépasser les 20 ans, torse nu bien sclém, bon pecs à croquer, un pantalon en toile, le mec était grave bandant et il suait mortel, j’avais la honte car je m’aperçut que pendant qu’on discutait j’avais toujours la queue à la main. Il me regarda et me fis un petit clin d’œil, allais je me le taper ?.


    Il s’appelait Mourad et il a commençait à se toucher la teub à travers son pantalon, je pouvait voir dessiner une belle bosse, ça promets. Je me suis approché de lui et commençais à caresser son torse blinder de sueur, je me penchais pour pouvoir lécher ses tétons quand il me prit la tête et me la mis cash sur sa teub bien raide, il dégrafa son pantalon et me l’enfonçais directe dans ma bouche, putain si Farid était resté avec oim, il aurait bien kiffer. -" Sice ma khaba, time ça la bite " il me disait ça avec son vieux çefran du bled mais ça me chauffait bien en fait, je dégustais sa teub qui avait un goût différent, en plus il sentais chamtmé la transpiration mais moi j’étais toujours assoiffé de queue, rien à foutre du moment qu’une bonne teub de rebeu me coince la bouche et la chatte.


    Il me défonçait bien la bouche ce salaud, ces grosses couilles me frappaient le visage tellement il était sauvage, j’ai failli gerber tellement sa teub sentait fort et il m’enfonçait grave au fond de ma gorge, il devait être en manque grave, laisse tomber la sauce qu’il va me gicler ce Mourad. On entendit une autre personne arrivée c’était un autre ouvrier, sa race comment il était bien mais plus vieux il devait avoir la trentaine et sans chercher à comprendre il enleva son jean et me mis sa teub dans ma bouche, putain mortel deux bonnes grosses teub dans la bouche, pour une lopsa comme oim c’est le kiff assurer.


    Mourad lui se retira et vient derrière moi il a pas hésiter à me l’enfoncer comme si j’étais une meuf, ma chatte était en feu, Mourad la sortis ensuite après m’avoir bien culbuter les seuffes, il se mit à terre et me demanda de m’empaler sur sa queue, grave kiffant, je me mis sur sa teub et me baiser moi même, je montais et descendais pendant qu’il me pinçait les tétons. L’autre ouvrier, vint aussi derrière oim, avec sa teub bien raide, je compris le truc, putain j’avais jamais fais às, il voulait me baiser à deux , putain les keums ils avaient l’habitude on dirait. Le plus vieux a commencé me rentrer son gland mais en fait je sentais aucune douleur, je me suis rendu compte que ma chatte était bien ouverte et j’étais sure qu’elle pouvait accueillir deux zobs en même temps, j’avais déjà des idées pour une prochaine baise avec mes zincous. Les deux ouvriers ont commencé à bien me déchirer les seuffes quand un mec sûrement leur patron les appela, ils sont vite sortis de ma chatte et sont tipar. J’étais grave vénère, il m’avait laissé là seul tout à oilpé, rondelle bien ouverte.


    Putain j’avais trop envie de lâcher ma sauce, je me suis retenu et partis rejoindre les autres. Je les ai trouvé en train de boire un thé avec les ouvriers, les deux qui avait commencé à me niquer étaient là mais aucun regard, ils m’ont pas calculé remarque tant mieux parce qu’il y avait mes zincous et j’avais pas envie de leur dire. -" Au fait Kamelas j’ai vu un truc faut que tu vois ça, viens voir ". Hakim me pris par l’épaule et m’emmena je ne sais où pour me montrer un ketru. On s’était éloigné mais je voyais Farid me suivre avec Bachir. -" Qu’est ce que t’as vu Hakim ? " -" Rien ma lopsa, tu sais très bien ce que je veux " Me dit il à l’oreille. Quand on arriva dans un coin scred du champs, il se retourna et aperçus Farid et Bachir. -" Putain, les keums vous êtes relou, j’avais envie de la niquer seul tout "


    - " Attends Hakim, c’est notre salope et c’est moi son mac, alors on va le baiser à trois. " Farid avait dis ça mais je sentais qu’il était vénère, il était comme jaloux et je kiffais bien. Sans rien attendre on s’est tous mis à olpé, Hakim s’est vite précipité sur ma bouche pour la bouyave. -" Vas y ma petite pute, suce la queue de ton cousin, depuis tout à l’heure j’attendais que tu me pompe bien le zob , bouffes aussi mes couilles ma pute." -" Et ma petite lopsa cambre toi bien les seuffes, je vais bien te niquer " J’avais la queue d’Hakim dans la bouche et celle de Bachir dans ma petite chatte, Farid, lui se branlait en me regardant me faire niquer, je sortis la queue de ma bouche et lui dit. -" Et Farid, tu sais ce que je kifferais, c’est que tu t’enfonce avec Bachir dans ma chatte, j’ai envie de sentir deux bon gros zobs me dechirer la rondelle. " - " Toi, t’es bien une salope c’est pour ça que je veux te niquer tout le temps, tu sais faire triker un keum, une vraie salope du Bled. ".


    Farid se mis sur le dos par terre moi je me suis empallé sur sa teub, j’étais assis pour bien la sentir et en profité un peu car sa queue devenait une drogue pour oim, je sucais encore la teub d’Hakim, quant à Bachir il vint se positionner derrière prêt à attaquer ma chatte. Il poussait son gland mortel et lâcha un soupir bien och pour faire comprendre que sa teub était au fond de ma chatte en même temps que celle de Farid. Là s’est devenu och, on transpirait, ils m’ont baisé le trou comme jamais on m’avait baisé, pendant que je me faisais limer la bouche, putain que c’était puissant trois zobs de mes cousins juste pour mon plaisir, le kiff absolu.


    -" Putain Kamelas, c’est bon grave, il est bien serré là ton trou, trop bon, et Bachir vas y enfonce la encore, ça te fais pas mal ma pute. " Farid me disait cela comme pour me dire qu’il voulait pas m’esquinter même si le plaisir dominer. -" Non trop bon, allez y , niquer moi les cousins, je sens bien deux queues, je mouille mortel de la chatte ". Bachir lui était plus entreprenant il donnait des sacrés coups de reins, Farid se contenté des vas et viens de notre zincous. -" Ma salope, suce encore, qu’est ce que tu fait là, suce moi bien, t’oublie ma teub là, oué vas y Kamelas pompe mon zob, là comme ça c’est puissant , vas y j’ai envie de sentir ta langue, oué le kiff, bouge pas Kamelas je vais te piner la bouche ma salope. " Il m’a attrapé la tète et la il s’en donner le Hakim, il pinait royale.


    Il changèrent de position Bachir voulait que je le suce bien son zob, Hakim était pressé de me défoncer la chatte. - " Farid, retire ta queue deux secondes que je le baise un peu seul tout, je me suis levé un peu pour que Farid retire sa queue et il commença à me lécher mes tétons et m’écarter les seuffes pour qu’Hakim se la donne bien dans ma rondelle de mec. C’était comme si on jouait dans un film porno tout était syncro, mais c’était le plaisir qui nous donner autant d’imagination. - " Oué Farid, écarte lui les seuffes que je vois sa chatte, trop puissant oué Kamelas t’aimes ça que je te bourre, oué, humm trop bon je te nique ma salope. " Hakim n’en pouvait plus il voulait gicler mais se retenait il voulait encore profiter de moi mais seul tout.


    -" Et les cousins baisaient le bien et juter j’ai envie de le bourrer tout seul. " Il s’éloigna pour nous maté un peu tandis que Farid m’avait déjà réintroduis sa queue dans ma chatte, Bachir repris sa place d’origine. - " Et Bachir dis moi quand tu vas juter qu’on l’inonde en même temps. - " Je vais pas tarder Farid, ça viens putain ma salope t’as un trop bon cul, je viens Farid " -" Vas y moi aussi putain Kamelas tu vas en recevoir de la sauce de cousins, oué oué, sa race hummmmmmm ".


    Je sentis leur queues gonfler et lâcher des litres et des litres de sauce sur tout le corp, grave bonne cette baise. Bachir ce retira doucement et Farid aussi, leurs zobs étaient blinder de jute .Hakim lui était préssé de se retrouver seul avec oim et s’énerva -" Putain, vous êtes relous les mecs, lâcher le un peu aller vous nettoyer la queue ailleurs Ils se sont un peu vénère pour moi, mais Farid et Bachir finir par lâcher l’affaire. Enfin j’étais seul avec Hakim et tout de suite il me mit à quatre pattes et me ramona le cul comme as pendant un bon quart d’heure il était grave endurant. Sa queue glissait trop bien -" Ma pute, t’es enfin à oim, t’aimes que je te bourre bien la chatte, putain t’as une vraie chatte de meuf Kamelas. " -" Vasy Hakim, baise moi bien ,grave comment j’aime ça, vas y plus fort donne moi des bons coups là, vas y frappe moi les seuffes. " -" Oué Kamelas gémit comme une pute, t’es ma chienne, oué tu les sens là mes bons coups de reins, tu vas la sentir ma sauce, oué. ".
  • DANS MA CITE le 2017-Feb-06 10:55:27 DANS MA CITE a dit

    Mercredi soir nous étions six devant le groupe d’immeubles des bosquets. Tous franchement bien allumés. La tise et la fumette tournaient à plein régime.
    Moussa et ses kilos en trop ne pensait qu’a se tirer une meuf qui habite deux étages en dessous de chez lui. Il nous racontait avec détails ses trips. Nous on rigolait car on pensait bien qu’il se ferait jeter par la gadgio dès qu’il lui annoncerait sa flamme. En trois mois le gars a pris 20 kilos, le truc de fou. Depuis il trouve plus une feumeu à se mettre sous la dent sauf des putes. Son visage est resté le même, seul son corps s’est engraissé.

    Oussama ne fait que râler sur les femmes. Il leur crache dessus et ne pense qu’a les baiser par derrière et les entendre crier leur race. Depuis son prénom à renforcer la haine qu’il a de l’espèce humaine. Moi je crois que c’est le taré de la bande. C’est un chien qui aboie mais qui semblent aussi capable de mordre. C’est pas le gros clébard, plutôt genre lévrier, mais les crocs sont grands et la faim réelle.
    Karim lui passe son temps à se marrer sur toutes nos vannes. Perpétuellement chéper il semble chercher le paradis en regardant la cage d’escalier comme seul horizon.

    Ce soir là donc avec mes potes nous discutions de tout et de rien quand est rentré dans notre hall ce gars qui me fait tant kiffer. Ici tout le monde se connaît et quand nous sommes dans le hall nous sommes les meilleures alarmes contre d’éventuel intrus. Nous savons qui va chez qui, qui est le môme de qui, etc…
    Il rentre sans peur et traverse notre territoire comme un terrain conquis. Les yeux hauts il passe devant moi en m’adressant un léger et discret clin d’œil.
    -Tu vas chez qui ?
    Forcément j’allais pas le laisser passer sans l’aggripper le gars. Donc obligé qu’il réponde à ma question.
    -4eme, tu veut m’accompagner ?
    Le gars me parle comme si j’avais déjà jouer au sable avec lui. J’hallucine. Mes potes se taisent et attendent ma réponse. Piégé à mon propre jeu !
    -Tu vas faire quoi là haut ?
    -simplement voir un pote et passer une bonne réssoi !

    Sa réponse et sèche mais ses yeux trahissent une gêne contenue, maitrisée. Je sais, enfin je devine qu’il va chez brahim le postier. Maintenant que je vois ce type aller chez brahim je suis sûr qu’il est pd. Je suis le seul de la bande à savoir brahim amoureux des queues et des culs. Seul moi détient la vérité ! Trop fort. Mes potes ne suivent plus la conversation, ce qui me laisse l’occasion de m’éclipser sans trop de questions. Dans l’ascenseur nous regardons chacun le plafond, pas une phrase ne jaillit de notre bouche 4eme, terminus, je le laisse me guider jusqu’a la porte de son pote. Un coup suffit pour qu’il ouvre en t-shirt et caleçon. D’abord gêné il me laisse pénétrer son antre après avoir été rassurés par un sourire rempli de consentement. Direct il nous propose un verre et c’est bien volontiers que je recommence à me charger d’alcool et de fièvre. Je les mate se parler, échanger des confidences qui sont aussi creuses que le scénario de la petite maison dans la prairie.

    Ca crève les yeux, mais qui encule qui ?
    J’arrive pas à imaginer, seule cette question résonne dans mon esprit en les écoutants.
    Ils sont tous les deux des bogosses bien dans leur Nique et ne donne pas l’impression de se livrer à la sodomie mutuelle. L’alcool m’emporte dans des élans qui me font leur demander l’objet de mon questionnement.
    -Mais entre vous deux, qui encule qui ?
    Comme le meilleur des champagnes ma question est brute.
    Leur réponse fut mousseuse me laissant sur ma faim.
    -pour savoir, teste ! Me répondent ils en chœur.
    Ok, no probleme, qui commence par rouler mes couilles ?

    Direct à sec avec une poignée de sable, ma question. Ca passe ou ca casse.
    Skarlaone le meilleur, le boss des baiseurs ! ; N’oubliez jamais que vous n’êtes qu ‘une proie dans un troupeau de lèche cul ! J’ai encore une fois passé avec brio le test du dressage. Alors que je m’attendais à voir mon cul mignon, c’est brahim qui le premier s’est penché sur mon cas. Avide de sensations le gaillard et passionné d’entrée par la braguette de mon jeans. Avec passion il commence à enlever aidé de ses dents, un à un les boutons qui compriment ma tige. Libérée elle se laisse absorber par des lèvres qui me paraissent immédiatement exercées à cette pratique. Son pote le regarde et touche timidement son cul. Je trouve l’ambiance sympa mais je sens malgré tout des keum coincés qui m’invite à une baise traditionnel sans souvenirs ou goût marquant. Je décide d’arrêter en leur proposant d’appeler deux de mes potes qui me semble-il sont prêt à partir dans le délire.
    -Ok, mais fais gaffe de qui tu ramènes s’il te plait.
    -T’inquiète bogosse !

    A peine dix minutes après m’être absenter je suis de retour dans la cage d’escalier. Ils sont tous encore là, fidèles au poste.
    Seul oussama à remarquer mon absence, mais avec lui je ne peut q’esquiver par une réponse bien brumeuse. Je vais direct chez Moussa lui proposer un bon cul à fourrer.
    Discrètement je lui conseille de me suivre pour se dégorger le pioreau. Pas besoin de beaucoup insister pour le voir répondre présent à l’appel. Manque de pot Oussama a tout entendu et de sa voix forte et nasillarde il exige de nous suivre. Forcément les autres attirés et malgré tout voyeurs, ne se gênent pas pour nous suivre dans l’ascenseur. De nouveau ils partent dans des délires qui ne me donnent pas confiance. L’un pense à braquer avant de niquer. Je me sens bizarre en sonnant à la porte de brahim. Je lui apportait, bien involontairement d’ailleurs, les pires cravures que la terre est enfanté. Des gars prêt à se finir dans n’importe quel fion ou bouche. Peut importe le vin, l’important c’est l’ivresse ! Tout ce beau monde se calme en entrant dans l’appart et brahim paraît de moins en moins farouche. Les cousins se vautrent rapidement, voir même instinctivement, dans le canapé et semblent attendre une boisson qui les déshiniberait. Par chance brahim nous la joue provoc est sert de véritables anesthésiant à ses invités. Ils se laissent bercer tranquillement et laisse échapper des gestes qui trahissent leur envie de se faire vidanger.
    brahim ne se fit pas prier pour enfourner une queue pendante puis une seconde dans sa gueule. Il se la pétait bien en montrant au maximum sa croupe au plus offrant.

    Moussa commencait à bouillonner grave et sa tige bombait son survet. Il hésita pas une seconde à sortir sa pine te la dresser devant la bouche de brahim. Oussama se taisait, se contentait de mater avec un certain intérêt. Brahim mangeait goulûment ses bites qui se présentaient à lui. Il ne regardait plus les visages, se contentait de gober.
    Je n’aurais jamais deviné ce gars aussi chienne. Moussa tenait sa pine pour mieux la guider dans la bouche chaude de notre hôte. Subitement il lâche un jet de pisse qui arrose le visage du portos. Il ne se retient pas et laisse couler son or intime et liquide sur les reliefs du visage de brahim. Presque pas de réaction, de dégoût, juste un étonnement dissimulé derrière un sourire. Forcément Oussama ne pouvait pas resté longtemps inactif et sa pine commence elle aussi à grossir dans la bouche de brahim. Il ne parle pas se laisse pomper sans broncher. Désormais tout le monde se retrouve le pantalon aux chevilles.

    Le pote de brahim qui se la pêtait grave en bas dans le hall suce lui aussi nos bittes en montrant son cul. Je vous ai pas parlé de Rachid, le pointeur de la family. C’est en tout cas le premier a rentrer dans le sujet et profondément. brahim hurle mais Rachid imperturbable, continue son effraction. Oussama n’y tient plus et propose cash une double pénétration. Là brahim flippe mais n’arrive pas à dire non. Il garde son cul haut,qui généreusement se dilate sous les coups de butoirs de Rachid.
    Oussama se place comme un contorsionniste afin de lui aussi pénétrer ce cul béant.
    Moi tranquillement je me contente de me rincer l’œil, sucé par mon lascar.
    Il est rentré et mes potes applaudisent la performance. Trop fier le Oussama, il force de plus en plus pour entendre brahim beugler, presque crier pour se délivrer. Moi toujours peinard je laisse le devant de la scène à mes potes. Je suis surpris de les voirs tenter maladroitement de s’embrasser pendant qu’il bouhiave le cul du proprio. Après tout leur teub se touche dans l’antre de Miguel, leur bouches peuvent bien échanger un peu de salive !

    Rachid le premier lache une purée abondante sur le cul retourné de brahim. Il l’étale presque méthodiquement pendant qu’Oussama de ton son poid se finit dans la capote.
    J’ai envie de cracher moi aussi et ce soir c’est sans avoir moi même niquer. J’ai juste regarder mes potes et sentis la chaleur d’une bouche pour contenter mon envie du moment. Nous repartons aussi vite que nous sommes arrivés. Ne jamais oublier que la sortie des artistes comporte sa part d’ombre !
  • Facesitting le 2017-Feb-27 14:30:50 Facesitting a dit

    Je suis attiré par le facesitting.
    J'aime quand un homme s'assoit bien confortablement sur mon visage.
    J'aime aussi qu'il me pète et qu'il me chie dessus.
    Ne soyez pas timides.

Mots-clés populaires

Informations